Humidité

Problème humidité Var

L’humidité excessive dans un bâtiment peut prendre plusieurs formes :
Salpêtre, moisissures, détériorations des matériaux, odeur, dégradations joints, auréoles, présence d’eau, …

Et les causes peuvent elles aussi êtres diverses :
Remontées capillaires, mauvais renouvellement d’air, mauvaises habitudes, infiltration d’eau, fuite de réseau, condensation, pont thermique, …

Lire la suite

Diagnostic problème d'humidité intérieur dans le Var

Le taux d’humidité dans un bâtiment est normalement situé entre 40 et 60 %.
Au-dessus de 60 %, plusieurs problèmes vont fatalement se présenter 

Un fort taux d’humidité est dû à un manque de renouvellement d’air (trop d’émission ou trop peu de renouvellement), ou d’habitudes qui créées trop d’humidités. Souvent, le système de renouvellement n’est plus en fonction, mal dimensionné, mal posé, ou mal utilisé.

Lire la suite


Définitions

Hygrométrie : Mesure de l’eau dans l’air sous forme gazeuse, en pourcentage et température, qui sont deux paramètres indépendants.

Humidité des matériaux : c’est la teneur en eau des matériaux. On la mesure objectivement à l’aide d’une bombe à carbure, ou à l’étuve. On peut l’estimer à l’aide d’appareils de mesures électroniques.

Humidité superficielle : causée souvent par une condensation.

Humidité sous forme vapeur : eau de l’air. L’air humide est plus volumineux que l’air sec.

Humidité accidentelle : c’est une fuite sur alimentation ou évacuation, une infiltration ou inondation. Peut être la cause d’activation d’une remontée capillaire passive, ou effet de mèche.

Humidité permanente : elle est présente 24h sur 24, et 365 jours par an. C’est le cas de la remontée capillaire active d’origine tellurique.

Humidité ponctuelle : présente par moment, c’est parfois un effet de mèche, une élevation du niveau de la nappe.

Humidité résiduelle : présente lors d’un coulage d’une dalle béton, une réparation d’un conduit défectueux, ou la mise en œuvre d’un traitement contre les remontées capillaires, et qui va s’évaporer.

Humidité relative : Pourcentage d’eau présent dans l’air sous forme gazeuse, et la capacité de l’air à en contenir dans les mêmes conditions de température.

Humidité absolue : poids de l’eau par kilo d’air sec. C’est une mesure d’hygrométrie claire et incontestable.

Humidité ressentie : valeur non mesurable. C’est une sensation d’inconfort, de moiteur.

Salpêtre : communément utilisé pour désigner les sels hygroscopiques. En alchimie, le salpêtre servait à la fabrication de détonateur, en charcuterie, le salpêtre est du sel nitrité, ou « sel à rougir ».

Sels hygroscopiques : cristallisés, c’est de la poudre blanche, en concentration, ils sont souvent un effet de remontées capillaires actives. C’est eux qui en grande partie dégradent les enduits et les joints.

La condensation : excès d’humidité dans l’air saturé.

Remontées capillaires telluriques : humidité sous forme gazeuse, les molécules d’eau sont chargés électriquement, cette charge permet aux molécules de monter dans les parois jusqu’à l’évaporation.

Remontées capillaires passive ou effet de mèche : causé par une présence d’eau liquide au contact des matériaux, sans charge électrique significative.

Nos coordonnées
118 chemin de la Farlède
83500 La Seyne sur mer

+33 (0)4 94 32 72 57

Notre Facebook
Actualités
Le RadonLe Radon

Le radon est un gaz naturel radioactif classé cancérogène par l’OMS depuis 1987, et serait la cause d’au moins ...